Aujourd’hui, on va faire un peu de maths et vous expliquer pourquoi nous avons choisi ce système économique plutôt qu’un autre.
Très souvent, dans le secteur de l’édition, les auteurs sont payés en droits d’auteurs et, durant la réalisation de leur album, ils touchent une avance sur droits. Cette dernière est une somme définie par contrat et, tant que les droits d’auteurs liés aux ventes d’albums ne dépassent pas le montant de cette somme, les auteurs ne touchent pas un centime de plus.
Vous suivez ?
Avec un exemple, cela sera plus parlant. On va prendre volontairement des chiffres ronds pour l’exemple :
Il est convenu entre l’éditeur et les auteurs de rémunérer, en avance sur droits, chaque planche 300 € et il y en a 50 à réaliser. Cela fait donc 15 000 € en avance sur droits. OK…
Ensuite, il est convenu que les auteurs touchent 10% sur la vente de chaque album vendu 15 €, soit 1,50€.
On refait un peu des maths et il faudrait donc vendre 10 000 albums pour rembourser les 15 000 € déjà perçus. Qu’il y ait donc 10 albums vendus, 500, 1 000 ou 8 000, il n’y a pas la moindre différence pour les auteurs, ils ont touché 15 000 € et ça s’arrête là !
Si, par chance pour eux, l’album dépasse les 10 000 ventes, alors, là, seulement à ce moment-là, ils commenceront à toucher des droits en plus de la somme déjà perçue.
 
On arrive donc à notre propre système.
Plutôt que d’opter pour les avances sur droits, nous avons préféré le paiement à la planche et le versement des droits d’auteurs dès le premier exemplaire vendu. On va prendre exactement les mêmes chiffres pour bien montrer la différence.
On convient donc de 50 planches à 300 €, on arrive donc une nouvelle fois à 15 000€.
Il est également convenu que les auteurs touchent 10% sur la vente de chaque album vendu 15 €, soit 1,50€.
Et c’est là toute la différence… Vous vous rappelez que, dans le précédent système, qu’il y ait 10 albums vendus, 500, 1 000 ou 8 000, les auteurs touchent 15 000 € et c’est tout ? Et bien avec le système que nous défendons, le résultat n’est plus du tout le même :
10 albums vendus : 15 000 + 10 x 1,50 = 15 015 €
500 albums vendus : 15 000 + 500 x 1,50 = 15 750 €
1 000 albums vendus : 15 000 + 1 000 x 1,50 = 16 500 €
8 000 albums vendus : 15 000 + 8 000 x 1,50 = 27 000 €
Et au-delà des 10 000 albums vendus ? Avec le système des avances sur droit, avec 10 001 ventes, les auteurs touchent au total 15 001,50 €. Avec notre système, les auteurs touchent 30 000 €.
L’ancien système est donc clairement plus favorable aux éditeurs qu’aux auteurs (c’est d’ailleurs pour cela qu’il est aussi souvent appliqué !).
 
Mais ce n’est pas tout !
On vous a gardé le meilleur pour la fin… Nous avons fait le choix de réduire certains postes de dépenses pour augmenter les droits d’auteurs. Les auteurs ne touchent pas 10% mais 16% du prix de l’album (soit 2,40 €)… et, nous avons également calculé que l’album sera rentable au-delà du 6 000 exemplaire vendu (ce qui est un joli chiffre !) et, dans ce cas, il est tout à fait logique que les auteurs y gagnent aussi. On passe donc à 31% du prix de l’album (soit 4,65€) !
On revient donc à nos calculs :
10 albums vendus : 15 000 + 10 x 2,40 = 15 024 €
500 albums vendus : 15 000 + 500 x 2,40 = 16 200 €
1 000 albums vendus : 15 000 + 1 000 x 2,40 = 17 400 €
8 000 albums vendus : 15 000 + 6 000 x 2,40 + 2 000 x 4,65 = 38 700 €
 
Pas mal, non ?
Vous comprenez peut-être mieux pourquoi il est vraiment important, pour nous et pour l’équilibre financier de la structure, que vous, lectrices et lecteurs, soutenez cette démarche en faisant découvrir autour de vous nos projets, nos valeurs, nos albums et que vous n’hésitez pas non plus à acquérir albums, dédicaces, dessins,… ou même à apporter un simple soutien financier, même avec un don symbolique.
 
C’est ensemble que nous pouvons montrer que d’autres alternatives éditoriales sont possibles !
0

Ant Editions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *