Présentation de Ant Editions

Le projet peut paraître (au choix) fou, déjà vu, risible,… mais il n’en est pas moins sérieux.

Il est né après ce triste constat : les auteurs de BD se paupérisent, le système actuel ne permet pas à ses principaux acteurs d’en vivre. Pourtant, le marché de la BD se porte globalement bien ; mais le modèle économique de ce secteur précarise les auteurs : taxations, contrats peu avantageux, beaucoup d’intermédiaires entre l’auteur et le lecteur,…

Nous pensons qu’il est possible de changer ce fonctionnement, en respectant une démarche éthique et humaine.

Ant Editions propose un nouveau système, totalement transparent pour ses lecteurs et ses auteurs.
Le principe est simple : s’affranchir des intermédiaires et des dépenses inutiles pour réduire les coûts et ainsi mieux rémunérer les auteurs, tout en privilégiant le made in France ; dans une logique de développement durable.

  Publier moins pour publier mieux : une BD représente au moins un an de travail pour ses auteurs et ils méritent que toute notre attention soit portée à leurs ouvrages. L’album publié est soutenu dans la durée et non pas seulement le temps de sa sortie.

  L’auteur est au centre du processus. Contrairement à ce qui est couramment pratiqué, l’auteur est ici rémunéré dès le début de son travail et touche des droits d’auteurs dès la première vente. Il peut ainsi sereinement travailler sur sa BD. En retour, l’auteur s’engage à jouer le jeu en communiquant sur l’album, en participant à des salons,…

  La communauté de lecteurs est le rouage essentiel. Ils ne sont pas que de simples consommateurs et aident à la parution de l’album et à sa communication : mise en place de préventes, partage sur les réseaux sociaux, obtention de contreparties… Comme nous devons nous passer de diffuseur pour une question de survie financière, la communauté des lecteurs est primordiale.

  Une totale transparence pour l’auteur et pour le public : sur les chiffres, sur les comptes, sur les partenariats mis en place,…

Vous êtes auteur auto-édité ou responsable d’une petite maison d’éditions ?

Nous proposons un service gratuit en vous permettant d’avoir un espace dédié sur notre site pour assurer la promotion de vos propres albums, par le biais d’un échange de visibilité, ceci afin de mutualiser les moyens et d’éviter de coûteuses campagnes de communication.

L’album

Nous pensons chez Ant Editions qu’un album n’a pas une durée de vie limitée et que si nous l’éditons, c’est parce que nous y croyons !

  • Combien de séries se sont arrêtées à un tome 1 ?
  • Combien d’albums ont fini au pilon faute de ventes suffisantes ?
  • Combien de BD désormais introuvables parce que l’éditeur ne les réimprime pas ?
  • Combien de projets sont passés inaperçus car n’ayant pas été mis en avant par leur éditeur ?

Nous n’avons pas la folie des grandeurs et nous publions uniquement ce que nous pouvons publier, ce que nous pouvons réellement soutenir.
Un album de notre catalogue sera défendu de la même façon au fil du temps : il sera toujours proposé à la vente, ses auteurs pourront toujours le présenter dans des salons, il ne disparaîtra pas de notre catalogue ni de notre site, il continuera à être mis en avant.

L’auteur : des droits d’auteur plus justes

L’auteur, qu’il soit scénariste, dessinateur ou coloriste, est rémunéré à chaque planche livrée. Il touche des droits dès le premier exemplaire vendu.

Une fois l’ouvrage rentabilisé, ses droits d’auteurs augmentent.

Concrètement, cela se traduit ainsi :
Par exemple, sur un projet, il est convenu de régler la somme de 300€ pour chaque planche. Les auteurs livrent 40 planches, ils touchent 12000€ au total. Avant que l’album soit rentabilisé, ils touchent 16% de son prix de vente (pour 1000 exemplaires d’un album vendu 15€, on atteint la somme de 2400€, qui s’additionne à la somme déjà versée). Une fois l’album rentabilisé, les droits d’auteurs augmentent, passant alors à 31% (ce qui revient à 4650€ supplémentaires pour 1000 ventes).
Avec cet exemple, les auteurs se partagent, sur un album vendu 15€, rentable au 6000ème exemplaire et vendu à 7000 exemplaires, plus de 30 000€. Pas mal, non ?

Le diffuseur… c’est vous !

Il est vrai qu’un tel fonctionnement ne permet pas de financer un diffuseur. Nous privilégions le bouche-à-oreilles plutôt que d’opter pour un commercial… qui coûte au moins 10% du prix de l’album ! Nous préférons que cette somme aille à l’auteur.
Si vous aimez le travail d’un de nos auteurs, c’est en en parlant autour de vous que ça nous aidera le mieux.
Nous mettons à votre disposition de nombreux outils pour nous aider à la promotion de ces albums.

Et le libraire ?

Nous cherchons avant tout à fonctionner sur un principe de confiance. Plutôt que d’opter pour le classique fonctionnement comprenant le retour à la case départ des invendus (et la destruction de livres !), nous proposons la vente d’un certain nombre d’exemplaires à prix réduit (pris sur la marge de l’éditeur et sur les frais).
Le libraire nous achète quelques albums qu’il n’a pas à nous retourner : il est propriétaire de ces ouvrages !
Nous vous invitons à en parler à votre libraire, en espérant que cette démarche l’intéresse. On peut également envisager une séance de dédicaces dans sa librairie.
Ce système permet en outre de favoriser les librairies traditionnelles.

L’imprimeur

Nous avons opté pour un imprimeur situé en France et utilisant des techniques respectueuses de l’environnement.

Une lecture gratuite

L’album peut être lu gratuitement, en ligne, car nous pensons que la culture doit être accessible à tous.
Si vous l’appréciez, vous pouvez nous aider en faisant un don ou en achetant l’album « papier » (ce dernier aura quelques pages en plus).
L’intégralité des bénéfices sera répartie équitablement entre les auteurs et l’éditeur.

Vous l’aurez donc compris, notre démarche repose avant tout sur un système où l’auteur et le lecteur sont au centre.
Vous voulez nous soutenir ? Suivez ce lien !